Back To Top
MENU
Scoliosis Research Society
SRS: Scoliosis Research Society

Scoliosis Research Society

Dédié à la prise en charge optimale des patients atteints de difformité spinale

Kyphosis

Déséquilibre sagittal fixé

Traitement non chirurgical

Le traitement non chirurgical pour des déséquilibres sagittaux fixés est similaire à celui appliqué aux autres pathologies rachidiennes. Les médicaments anti-inflammatoires et les thérapeutiques physiques constituent classiquement les premières recommandations. Les injections épidurales de stéroïde peuvent être utiles dans le diagnostic et le traitement d’une radiculopathie lombaire (si un nerf est comprimé). Le corset est inefficace puisqu’il entraine une fatigue des muscles posturaux et ne traite pas la pathologie en cause. Si le déséquilibre progresse et si la douleur est significative, la chirurgie est habituellement indiquée.

Bilan Diagnostique

Upright long-cassette radiographs
Radiographies debout sur grande cassette :
Ces images montrent l’importance d’obtenir ces
radios sur grande cassette avec les genoux et
les hanches étendus. L’image de gauche montre
la position compensée du patient tandis que
l’image de droite montre l’importance du
déséquilibre sagittal (même personne mais avec
les hanches et genoux étendus)
Les patients ont souvent besoin de plusieurs images pré-opératoires pour parfaitement comprendre le problème en cause .

  1. Les Radiographies
    Les radiographies sur grande cassette debout, avec les genoux et les hanches étendues sont essentielles pour comprendre l’importance du déséquilibre.
  2. Le Scanner
    Souvent le scanner sert à bien reconnaître l’anatomie osseuse. Les artéfacts dus à une instrumentation métallique , si elle est présente , rendent difficile l’analyse de l’anatomie.
  3. La myélographie
    La myélographie couplée au scanner permet de mieux analyser la position de l’instrumentation et les zones de compression neurologique. Cet examen peut aussi aider pour identifier des zones de non-fusion (pseudarthrose)
  4. L’IRM
    L’IRM est le gold-standard pour étudier l’anatomie des nerfs et des disques.
  5. La Scintigraphie
    La scintigraphie montre des zones d’activité exagérée qui peuvent évoquer une pseudarthrose ou d’autres anomalies.