Back To Top
MENU
Scoliosis Research Society
SRS: Scoliosis Research Society

Scoliosis Research Society

Dédié à la prise en charge optimale des patients atteints de difformité spinale

Scolioses précoces

Chirurgie

Chirurgie repectant la croissance

Systèmes de correction en distraction

Le principe est basé sur des implants capables de s’allonger afin de contrôler la déformation du rachis. Ceci permet au rachis une croissance aussi harmonieuse que possible jusqu’à l’âge d’une chirurgie définitive à type de fusion ou arthrodèse. Il y a de nombreux systèmes en distraction postérieure. Les tiges sont régulièrement allongées par des interventions mineures, localisées sur le dispositif d’allongement et effectuées généralement tous les 6 mois.

Les tiges de croissance sont des implants dont le principe consiste à ponter la courbure au moyen d’une ou deux tiges situées sous la peau afin de ne pas abimer les tissus situés autour du rachis. Les tiges sont fixées aux extrémités de la courbure vertébrale par des crochets ou des vis. (figure 8). Une arthrodèse localisée est réalisée à chaque point de fixation, afin d’augmenter le stabilité de ces points de fixation. La courbure est généralement corrigée d’environ 50% au terme de la première intervention. Après l’implantation des tiges de croissance, les patients doivent porter un corset amovible durant plusieurs mois. L’enfant est revu tous les 6 mois afin de pouvoir bénéficier d’un allongement de sa tige jusqu’à la maturité vertébrale. Il s’agit souvent d’une technique faite en ambulatoire au travers d’une petite incision. Lorsque la croissance vertébrale arrive à son terme, l’instrumentation temporaire est retirée et une arthrodèse vertébrale classique est réalisée. Par le passé , ce type d’instrumentation par tige de croissance avait un fort taux de complications, la plupart en rapport avec l’instrumentation utilisée (décrochage de crochet, rupture de tige). Des techniques nouvelles sont prometteuses mais le traitement par tige de croissance reste un traitement long et difficile pour l’enfant.

Figure 8

Figure 8 : Les tiges de croissance sont un système d’ostéosynthèse rachidienne où la courbure est pontée par une ou deux tiges passées sous la peau pour éviter les lésions des tissus de croissance. Les tiges sont fixées à la colonne en haut et en bas de la courbure par des crochets, des vis aux deux extrémités de la tige

Système de distraction costale , Le système tel que « Vertical Expandable Prosthetic Titanium Rib » (VEPTR) est un système indiqué dans le traitement des syndromes d’insuffisance thoracique chez lez patients immatures. Ces syndromes sont généralement associés avec des déformations dans les 3 plans de l’espace du rachis et de la cage thoracique. De nombreuses techniques de thoracostomies associées à des expansions costales ont été décrits dans différents types de déformations afin de gagner le maximum de volume pulmonaire. L’objectif était de permettre chez le petit enfant une meilleure croissance et développement des poumons.

De manière indirecte , ces systèmes de distraction costale permettent la correction de la scoliose sans effectuer d’arthrodèse. Ce type de chirurgie peut être étendu. Les implants sont placés sous les omoplates et fixés aux cotes proches du cou. La fixation distale peut se faire sur les cotes distales, le rachis ou le pelvis (figure 9). Ceci permet de stabiliser l’expansion de la cage thoracique (thoracostomie). Afin de maintenir une croissance vertébro-thoracique satisfaisante, la distraction se fait 2 fois par an, en ambulatoire , à travers des petites incisions.

Actuellement un nombre limité de centres permet de proposer ce type de chirurgie. Votre chirurgien orthopédiste pédiatre peut vous indiquer si votre enfant est susceptible de relever d’un tel traitement et vous donner toutes les informations nécessaires. Certains centres utilisent ces instrumentations costales pour redresser la colonne et la cage thoracique via les côtes .

Figure 9

Figure 9 : instrumentation à prise costale placée sous l’omoplate et attachée aux côtes près du rachis cervical , au niveau des côtes basses , du rachis ou du pelvis près de la taille. Il s’agit d’un exemple avec prise costale et prise rachidienne.

Tiges de croissance hybride

il s’agit d’une nouvelle technologie de tiges de croissance . Dans ce cas les côtes et non pas le rachis sont utilisées comme ancrage supérieur .La fusion à la partie haute du rachis est ainsi évitée.

Tiges de croissance électromagnétiques

Growth rods are currently the most commonly used distraction-based technique and which have the advantage of not interfering with the normal spinal growth and may even have a potential for growth stimulation beyond the normal growth rate. However, the technique requires frequent surgeries for construct lengthening to keep up with normal spinal growth and to maintain scoliosis curve correction. Multiple surgeries, mostly through the same incision site, leave the skin tissue susceptible to infection and other skin problems. Implant related complications are the most common complications in growth rod surgeries. These include rod fracture, anchor failure, or prominent implant, which can cause skin breakdown and even infection. Among the implant-related complications, rod fractures are the most common problem.

Les tiges de croissance « mécaniques » classiques telles que décrites précédemment sont actuellement utilisées de manière courante car elles ont l’intérêt théorique de ne pas interférer sur la croissance normale du rachis. Elles pourraient même posséder un potentiel de stimulation de la croissance. Cependant elles nécessitent des séances chirurgicales répétées pour allonger les tiges et les adapter à la croissance normale du rachis en maintenant la correction de la courbure de la scoliose. Chaque séance se fait à travers la même incision cutanée. Ceci engendre un tissu de mauvaise qualité susceptible de poser des problèmes de cicatrisation et d’infection. Les faillites d’implant sont également régulièrement observées comprenant rupture de tige, rupture d’ancrage, implants saillants sous la peau chez les petits enfants qui peuvent s’extérioriser et donner également es infections. Parmi toutes ces complications, la rupture de tige est le problème le plus fréquemment rencontré.

Dans ces conditions, le principe de l’allongement électromagnétique répété non invasif ne nécessitant pas d’anesthésie générale ni de chirurgie ouverte est très séduisant compte tenu du fort taux de complications relatif à ces séances chirurgicales répétées. Ces implants spéciaux permettent l’allongement de la tige lors d’une simple consultation. Ils sont composés d’une tige spéciale implantée et d’un dispositif extérieur. La tige en titane comporte un dispositif doté d’un aimant à l’intérieur. La rotation de cet aimant , qui est provoquée par le dispositif extérieur mis au contact de la peau , va permettre un allongement ou un raccourcissement de la tige. La tige est implantée de manière classique avec des fixations habituelles aux parties proximale et distale de la courbure. Il peut s’agir de crochet ou vis. Ces tiges électromagnétiques sont maintenant utilisées dans certains centres à l’extérieur des Etats Unis et leurs résultats préliminaires ont montré des effets susceptibles de réduire la morbidité, le coût et le « stress » des séances chirurgicales répétées pour les patients et pour les enfants. Ces tiges ont été mises en place pour les cas à la fois de scoliose idiopathique (figure 10) et de scoliose neuromusculaire

Figure 10

Figure 10, tiges de croissance magnétiques chez un patient avec une scoliose idiopathique précoce.